L’épouvantail

126

Dans ce nouveau film d’animation de la marque Chipotle, les épouvantails travaillent dans l’industrie agro-alimentaire, sous les ordres de corbeaux mécaniques, au service de la malbouffe. Mais l’un d’eux décide de choisir une autre voie.

En 2011, la chaîne de restaurants mexicains Chipotle avait marqué les esprits avec son film Back to the start. La marque fait sa rentrée 2013 avec un autre film d’animation, intitulé The Scarecrow, en faveur d’une agriculture plus soutenable, locale et goûteuse.

Dans le film, les épouvantails travaillent dans l’industrie agro-alimentaire, sous les ordres de corbeaux mécaniques. Vaches, cochons et poules sont élevés en batterie, maltraités, gonflés d’hormones et leurs produits dérivés vendus sous l’étiquette All Natural. De retour dans sa petite ferme, un épouvantail décide de récolter ses propres légumes, de les cuisiner et de vendre directement aux passants un wrap qui sent bon la cuisine fraîche et maison. Le début d’une révolution ?

Dans un article publié sur BrandChannel, le directeur de communication de la marque explique que l’objectif de ce film est de rendre la problématique de l’agro-industrie et de la malbouffe plus accessible au grand public. « Cette action n’est pas un outil de plus pour attirer des gens dans nos restaurants ; nous avons la publicité et le marketing local pour cela. Cette initiative concerne des valeurs à une échelle plus globale. »

The Scarecrow est également un jeu vidéo, disponible sur le web et sur téléphone portable.

Source : Sustainable Brands.

PARTAGER
Article précédentAcadémie scientifique sur la communication RSE
Article suivantLe koala peut-il sauver le climat ?
Mathieu Jahnich
« De la recherche à l’action » : la signature de l’agence illustre bien le parcours de son fondateur. Après l’obtention d’un doctorat et la participation à plusieurs projets de recherche en communication, Mathieu passe chez l’annonceur (Ministère DD, Ifremer, CEA). Puis il se lance dans le conseil et fonde Sircome.

LAISSER UN COMMENTAIRE