Greenwashing en cascade pour EDF

408

En assimilant un réacteur nucléaire à une cascade d’eau dans une insertion presse, le leader français de l’énergie commet un nouvel acte de greenwashing. Est-ce la perspective de fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim qui le rend si peu respectueux des règles déontologiques de publicité responsable pourtant acceptées par l’ensemble de la profession ?

EDF sanctionnée 3 fois en 2015

En 2015, pas moins de trois publicités d’EDF diffusées en 2015 ont été épinglées par le Jury de déontologie publicitaire, suite à des plaintes d’ONG, pour manquements à la Recommandation Développement durable de l’ARPP :

  • Une campagne internet. « 100 % » en très gros caractères, suivie, en plus petit, de la mention « d’électricité produite sans émission de CO2 en Alsace » est susceptible d’induire le public en erreur sur la réalité écologique des actions de l’annonceur (avis détaillé du JDP).
  • Une campagne Internet et presse « Partenaire officiel d’un monde bas carbone » sur visuel de parc d’éoliennes ou de barrage hydraulique. Verdict : cette allégation n’est pas conforme aux exigences de clarté (avis détaillé).
  • Campagne Internet. Sans explication, l’expression « 98% de la production électrique française sans CO2 » peut être de nature à induire le public en erreur sur la réalité des actions mise en œuvre (avis détaillé).

Un nouveau cas de greenwashing

Lors de la réunion de présentation du nouveau bilan ARPP-ADEME « Publicité et environnement » au Comité Paritaire de la Publicité le 9 juin (j’aurai l’occasion de vous parler de ce bilan plus en détail dans quelques jours), un représentant de l’association FNE nous a présenté cette nouvelle campagne d’EDF intitulée « L’électricité bas carbone, c’est centrale », publiée dans le quotidien régional L’Alsace – Mulhouse.

visuel_reacteur_cascade_600.jpg

Je note que l’annonceur a tenu compte des remarques du JDP et dans cette nouvelle publicité car les affirmations se font plus précises :

  • « L’électricité d’EDF repose sur un mix associant production nucléaire et énergies renouvelables. Ainsi notre électricité en France est à 98 % sans émission de carbone ni de gaz à effet de serre. »
  • Et en pied de page : « Émissions directes, hors analyse du cycle de vie des moyens de production et des combustibles en France ».

Mais ce sont des efforts en trompe-l’œil. Cette campagne est un nouveau cas flagrant de greenwashing. En effet, selon la Recommandation DD de l’ARPP, « l’assimilation directe d’un produit présentant un impact négatif pour l’environnement à un élément naturel (animal, végétal…) est à exclure ». Assimiler un réacteur de centrale nucléaire à une cascade d’eau est donc une faute.

C’est même une provocation pour tous les acteurs qui militent pour la mise en place d’une véritable transition énergétique en France. Et c’est démoralisant pour les professionnels qui s’engagent en faveur du respect des Recommandations Développement durable de l’ARPP et d’une publicité plus responsable.

Le lien avec Fessenheim

La publication de cette publicité, et d’autres l’an dernier, dans la presse locale alsacienne n’est pas le fruit du hasard. La centrale nucléaire de Fessenheim, est située à une trentaine de kilomètres de Mulhouse. Rappelons qu’EDF n’est pas favorable à sa fermeture aux conditions proposées par l’État (cf. cet article du Monde à ce sujet).

Ces opérations de greenwashing s’inscrivent vraisemblablement dans une vaste opération de lobbying de la part du groupe.

PARTAGER
Article précédentLe changement climatique en musique
Article suivantTendances #comRSE 2016
Mathieu Jahnich
« De la recherche à l’action » : la signature de l’agence illustre bien le parcours de son fondateur. Après l’obtention d’un doctorat et la participation à plusieurs projets de recherche en communication, Mathieu passe chez l’annonceur (Ministère DD, Ifremer, CEA). Puis il se lance dans le conseil et fonde Sircome.

LAISSER UN COMMENTAIRE